Objectifs du projet

Le projet de reconstruction du réseau d’aéroports fait partie des points clés de la stratégie de développement de longue durée du gouvernement du Sénégal (appelé « Plan Sénégal Émergent »). Le gouvernement du Sénégal met depuis longtemps l’accent sur la nécessité de développer le réseau d’aéroports régionaux, car il s’agit-là d’une condition préalable importante au développement économique des régions, notamment des régions géographiquement très isolées.

Grâce à la réalisation d’un nouvel aéroport international central Dakar Blaise Diagne (AIBD) en combinaison avec un réseau d’aéroports régionaux, Sénégal deviendra un important nœud aérien de l’Afrique de l’Ouest.

« Le trafic aérien doit revivre, c’est une condition essentielle du Sénégal émergent » a affirmé lors d’un de ses discours le président du Sénégal Macky Sall.

Cíle projektu

A quoi précisément serviront les aéroports ?

Les aéroports doivent être classés dans la catégorie internationaux/régionaux, ce qui présume la possibilité de liaison avec de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest.  En ce qui concerne les aéroports St. Louis ou Ziguinchor, l’on envisage également de recevoir des vols en provenance d’Europe.  Ces aéroports seront dimensionnés de manière à accueillir des avions moyens-courriers des séries Airbus A320 et Boeing B737, largement répandus dans le monde.

Le plus petit des aéroports peut accueillir environ un demi-million et le plus grand presque un million de voyageurs par an. Deux aéroports plus petits seront en mesure d’accueillir des avions plus petits, tels que les avions à hélice turbopropulseurs de la série ATR ou les jets Embraer. Hormis les avions de ligne classiques, tous les aéroports seront capables de recevoir également des avions-cargos.  

Les différents aéroports emploieront des dizaines de personnes en trois équipes. Il s’agira souvent de fonctions hautement qualifiées et spécialisées, telles que régulateur des flux de trafic aérien, équipes techniques pour le fonctionnement et l’entretien du balisage lumineux et des installations techniques, de navigation et d’alimentation, d’autres techniciens et spécialistes IT, employés dans le domaine des contrôles de la sécurité, des passeports et douaniers et beaucoup d’autres.  Dans une première phase, techniciens sénégalais sélectionnés (provenant des régions en question), devraient être formés en République tchèque dans le domaine de montage des structures aéroportuaires modulaires et de leur entretien consécutif. 

Ainsi, la réalisation du Projet contribue au développement de l’emploi dans les régions, ce qui corrèle fortement avec la politique du gouvernement sénégalais.